Industrie : dans quels secteurs la granulométrie intervient-elle ?

Une analyse granulométrique se révèle être indispensable dans différents domaines. En effet, elle fournit les proportions exactes des grains qui composent un granulat (cailloux, sables, gravillons…). Bien évidemment, les grains ne présentent pas les mêmes dimensions. Gros plan sur la granulométrie et sur ses particularités.

En quoi consiste la granulométrie ?

La granulométrie se définit comme l’étude de la distribution statique des dimensions d’une collection de matière naturelle ou fractionnée. Le concept vise à distribuer les tailles des éléments. S’en suivent les représentations sous forme de graphiques, de tables ou de nombres. Les experts procèdent aussi à l’analyse des résultats expérimentaux issus de l’analyse granulométrique.

Quel genre d’appareil utiliser ?

La granulométrie nécessite l’utilisation d’instruments visant à optimiser les recherches. Ces appareils scientifiques sont notamment disponibles sur ce site. Ainsi, les analyses granulométriques se réalisent suivant différentes techniques comme les DLS (Dynamic Light Scattering) ou la diffusion dynamique de la lumière. Autrement dit, les spécialistes ont recours à l’analyse d’images dynamiques pour déterminer la distribution granulométrique.

Par ailleurs, la granulométrie par diffraction laser consiste à faire interagir une lumière monochromatique avec les particules à analyser. Les caractéristiques des ondes lumineuses varient en fonction de la taille des grains. La lumière se diffuse vers l’avant lorsqu’il s’agit de grosses particules. En revanche, les ondes lumineuses « s’éparpillent » dans différentes directions lorsqu’elles rencontrent de petites particules.

secteurs où intervient la granulométrie

Une analyse granulométrique s’effectue également avec des outils plus ou moins spécifiques comme les tamis à mailles carrées. Conformément à la norme NF X 11-501, la dimension nominale du tamis équivaut à la longueur (en mm) du côté de la maille. En pratique, les dimensions d’une série forment systématiquement une suite géométrique. Par exemple, les dimensions (en mm) de 0,08-0, 16-0, 32-0, 0,63-1, 25-2, 5-6, 0 correspondent aux tamis d’ouverture utilisés pour les sables.

Dans quels domaines d’expertise la granulométrie intervient-elle ?

La granulométrie se révèle indispensable dans différents domaines, dont les sciences de la Terre. Les analyses granulométriques sont aussi très courantes dans le secteur de l’industrie des ciments, des abrasifs, des farines. Et bien évidemment, les techniques de mesure de la distribution granulométriques des particules nanométriques s’avèrent essentielles dans l’industrie biochimique et pharmaceutique.

La granulométrie tient également une place importante dans le domaine de la météorologie. Les techniques utilisées visent notamment à distribuer la taille des gouttes de pluie en fonction de leur diamètre. Les analyses granulométriques s’appliquent aussi en géologie. Elles permettent de classer les matériaux sans tenir compte de leur nature chimique. L’industrie pétrolière a aussi recours aux analyses granulométriques. Les experts analysent les calibres des particules (GSA, PSA) dans le cadre des études de libération visant à optimiser la récupération du broyage. La granulométrie entre aussi en ligne de compte dans les études de perméabilité et de porosité. Il en est de même pour les analyses géochimiques.

La technique choisie pour analyser les granulats dépend de la nature des grains. Ces derniers se déclinent en effet sous différentes formes : soluble, insoluble, friable, floculé ou non. Ainsi, le tamisage est nettement plus efficace pour les sables quartzeux. Toutefois, cette option n’est pas pertinente dans le cadre d’une analyse granulométrique de gros blocs ou de très fines particules.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.