Villes les plus chères au monde : Singapour reste en tête du classement

Chaque année, le cabinet britannique EIU (Economist Intelligence Unit) établit une étude sur les villes les plus chères du monde. Cinq années consécutives, Singapour reste en première ligne. À la base, les résultats se calculent en fonction des données de prix et sont ajustés aux taux de change correspondants. Cependant, de nombreux critères sont également pris en compte. Détails.

Pourquoi Singapour ?

Normalement, Londres doit être en haut de la liste, étant donné qu’elle est réputée par son prix onéreux du côté de l’immobilier. Mais non, justement, l’enquête a exclu le coût du logement dans les critères d’évaluation. Le fait est que ce dernier peut être fixé par une entreprise, avec des subventions… D’ailleurs, la capitale britannique a régressé dans le classement général et se retrouve à la 30e place à cause de la chute du Livre Sterling.

Singapour et ses routes fluorescentes

Sans ce critère de logement, Singapour reste ainsi en première position à cause du prix d’achat d’une voiture. Selon les résultats de l’enquête, elle « reste la ville la plus chère au monde pour acheter et posséder une voiture ». Niveau économique, la mégapole est en pleine croissance et intéresse pas mal d’expatriés. Mais comment s’explique ce prix d’acquisition très élevé ? C’est parce qu’une licence d’environ 31 000 euros est obligatoire pour un acheteur automobile. Il s’agit notamment du COE ou Certificate of Entitlement.

Aperçu du top 10

À la deuxième place, on retrouve Paris qui est exæquo avec Zurich. La capitale française doit sa place au prix du litre de carburant qui remonte à 1,43 euro. Quant à Zurich, elle n’est pas la seule ville de Suisse à figurer dans le top 10. On y trouve également Genève qui se trouve au sixième rang du classement en exæquo avec Séoul.

En cinquième place, on trouve Oslo, capitale de la Norvège. Et la suite du classement affiche Copenhague, Tel Aviv et Sydney à la huitième, neuvième et dixième place. Ceci dit, les centres asiatiques et les grandes villes européens dominent le classement.

La ville de Zurich en Suisse, deuxième exæquo avec Paris

Pour ce qui est des villes asiatiques, l’importante présence dans le classement s’explique par le coût des produits alimentaires. Tandis que l’Europe domine à cause des dépenses liées aux ménages, aux soins personnels et aux loisirs.

Sur les 133 villes dans le monde auxquelles s’est portée l’étude, les moins chères sont Damas, la capitale de la Syrie, Lagos au Nigeria et Karachi au Pakistan.

Quels sont les critères d’évaluation ?

À titre de rappel, la principale cause de changement du classement chaque année est l’alternance des devises. C’est pourquoi aucune ville américaine, même New York ne figure pas dans les 10 villes les plus onéreuses du monde à cause de la faiblesse du dollar qui a été constaté récemment. Idem pour Tokyo et Osaka qui ne figurent pas dans le top 10.

La ville de New York ne fait pas partie du classement

D’autre part, le cabinet britannique Economist Intelligence Unit a également considéré d’autres critères d’évaluation. Il faut en effet savoir que l’étude s’est également reposée sur le prix moyen de 150 produits consommés régulièrement dans le pays. Par exemple, on peut citer le kg de pain (plus cher à Paris avec 5,15 euros), la bouteille de vin (21,86 euros à Séoul), le paquet de 20 cigarettes de marque (10,50 euros à Oslo et 7,55 à Paris)… Retrouvez plein d’autres actualités aussi intéressantes sur Citactu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *