Le scandale des œufs contaminés s’éparpille en Europe

Le scandale des œufs contaminés n’a pas fini de faire des remous dans toute l’Europe. Aux Pays-Bas où la crise est née, l’extension vers la France, le Royaume-Uni et autres pays européens continue. Depuis, des dizaines de millions d’œufs ont été retirées des ventes et tous les yeux sont rivés sur la viande de poulet aux Pays-Bas à l’heure actuelle.

« Nous testons actuellement la viande de poulet dans les élevages dont les œufs ont été infectés pour déterminer si la viande est également contaminée » rapporte le porte-parole de l’entreprise néerlandaise chargée de la sécurité alimentaire et sanitaire NVWA.

La Hollande a fait de la détection des œufs contaminés sa priorité. Le pays veut déterminer une éventuelle présence de fipronil, cette molécule toxique qui se présente comme un insecticide d’œuf.

A part les Pays-Bas, l’Allemagne est aussi fortement exposée. Depuis la semaine dernière, le pays a fait appel aux autorités belges pour suivre de près la situation locale. Une enquête pénale est en cours concernant l’introduction du fipronil au sein des élevages des Pays-Bas.

La France plus ou moins épargnée de la crise

En tout cas, la France est loin d’être touchée par rapport aux pays voisins. L’Hexagone est en effet moins exposé à la crise des œufs. Les ménages français consomment généralement des œufs en provenance de France, ce qui permet de tracer leurs origines et les risques sont minimes. Selon les statistiques, on consomme autour de 200 œufs par habitant par an au niveau européen. Sur le territoire, chaque Français consomme 220 œufs par an, ce qui en fait la première filière européenne en volume, là où l’on produit 101 % des œufs à écouler.

Si la France est plutôt épargnée, la situation néerlandaise ne va pas en s’améliorant. La semaine dernière, 180 élevages ont été bloqués. Si les tests s’avèrent négatifs, ces éleveurs auront le droit de rouvrir leur branche viande.

Les pays européens alarmés

D’autres pays du continent tels que l’Autriche, la Pologne, le Portugal, la Bulgarie et la Roumanie ont soumis leurs œufs à des analyses, bien qu’aucun œuf issu de l’importation ne soit contaminé d’après les agences de sécurité alimentaire. La Suisse a, quant à elle, directement retiré tous les œufs importés en provenance des pays touchés, à titre préventif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *