Le prix du mètre carré varie grandement en fonction des villes

Depuis 2014, les prix de l’immobilier ont entamés une baisse qui permet aux logements dans l’ancien d’être plus accessibles. Ce recul concerne une grande partie du territoire mais la situation entre certaines villes est loin d’être égale. Il est possible de constater des prix multipliés par dix selon les zones.

Une différence selon la demande de logements

Les prix de l’immobilier dans des villes comme Amiens, Saint-Étienne ou même Besançon ont baissé de l’ordre de 7%, ce qui permet aux personnes qui souhaitent devenir propriétaires de profiter de cette nouvelle configuration. Immobilier-France.fr met l’accent sur le fait que la situation est différente pour des villes comme Brest ou Strasbourg où la baisse est très limitée et ne dépasse pas les 2%.Il est important de comprendre que des variations ont lieu selon les régions et les intentions de vente dans chaque ville.

immobilierLa différence s’explique par le fait que les logements à vendre sont plus activement recherchés dans les grandes villes comme Brest ou Strasbourg qui sont très dynamiques. La demande étant depuis longtemps supérieure à l’offre, la baisse des prix a été limitée car les propriétaires ont conscience de pouvoir faire jouer ce point pour faire évoluer les prix.

Même avec un tarif très légèrement inférieur à celui proposé avant la baisse des prix de l’immobilier, le nombre de personnes qui vont se positionner dessus est suffisant pour pouvoir trouver preneur et valider la transaction. Se trouvant en position de force, le propriétaire ne verra pas l’intérêt de baisser de façon importante le prix qu’il propose pour son logement ancien.

Une résistance de certaines villes à la tendance

immobilierSi un grand nombre de villes ont amorcé une belle descente, d’autres métropoles importantes de France continuent de montrer une hausse des prix. Cette situation exprime le fait que ces villes échappent aux règles du fait d’une forte attractivité.

Paris est toujours une ville où le prix du mètre carré atteint des sommets car la différence avec des villes régionales est impressionnante. Ayant encore augmenté de 1,8%, Paris montre des offres qui peuvent être dix fois supérieures à celles proposées dans d’autres villes française, pour la même superficie.

Bordeaux s’est distinguée au niveau de son potentiel touristique en gagnant une distinction européenne. Nice de son côté combine une excellente qualité de vie et un environnement qui attirent de nombreux futurs acquéreurs. Ceci explique que toutes deux font partie de celles où les prix de l’immobilier ont enregistrés une hausse de 3%. Supérieure à celle de la capitale du pays, l’offre dans le domaine montre que le marché est en forte progression avec de nombreux acheteurs qui sont positionnés sur chaque logement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *