Indonésie : les adolescents font bouillir des tampons usés pour se défoncer

Une nouvelle et dangereuse mode se propage dernièrement chez les jeunes indonésiens.

Certains adolescents font bouillir des tampons usagés dans de l’eau et boivent la décoction obtenue… pour se défoncer.

La jeunesse s’adonne à un passe-temps dangereux

un passe-temps dangereux

Malheureusement, ce n’est pas une blague. La police indonésienne a récemment arrêté plusieurs adolescents surpris en train d’utiliser des appareils sanitaires pour se défoncer, selon Straits Times.

Le Commandant en chef Suprinarto, responsable de l’Agence nationale des stupéfiants du centre de Java, a confié au journal que les sickos qui s’exécutaient étaient séduits par le sentiment de planer que procurait le chlore dans la préparation bouillie.

Un adolescent, qui a admis avoir bu le breuvage « matin, après-midi et soir » a décrit le liquide comme « amer ». Selon la National Drug Agency (BNN) indonésienne, boire le mélange provoque des sentiments de « vol » et d' »hallucinations ».

Ce n’est pas le pire ! La plupart du temps, ils utilisent des serviettes hygiéniques usagées qu’ils extraient de la poubelle, ce qui signifie qu’ils boivent le sang menstruel de parfaites inconnues.

Ce n’est en réalité pas le sang, mais le gel à l’intérieur des serviettes et des tampons qui attirent ces adolescents. Ils préfèrent utiliser des produits inutilisés quand ils le peuvent, évidemment, mais quand ils sont désespérés, ils se ruent sur les accessoires sanitaires usagés.

Le Commandant Suprinatro a expliqué le processus suivi par les adolescents pour préparer la décoction. « Les serviettes usagées qu’ils ont extraites de la poubelle ont été plongées dans de l’eau bouillante », a-t-il déclaré. « Puis, ils laissent l’infusion refroidir quelques minutes, avant de la boire tour à tour. »

Austérité des lois indonésiennes sur les drogues

lois indonésiennes sur les drogues

Cette pratique n’est pas en réalité une nouveauté en Indonésie. Des rumeurs autour de cette « mode » circulaient déjà en 2016, sans que personne n’ait été en mesure d’apporter des preuves.

Selon ces mêmes rumeurs, ce seraient les lois indonésiennes même qui pousseraient ces jeunes accros à avoir de tels comportements. Il faut rappeler que dans ce pays, la seule possession et l’usage de drogues illicites sont passibles de punitions sévères, allant de la prison à vie à la peine de mort.

« Les matériaux qu’ils utilisent sont légaux, mais ils ne sont pas utilisés comme prévu. Ils finissent donc par être utilisés comme une drogue », a déclaré le commandant en chef Suprinatro.

Le comportement de ces jeunes addicts n’est évidemment pas sans risque. Les substances qu’ils ingèrent contiennent souvent des ingrédients toxiques tels que les dioxines, les furanes, les produits chimiques de parfum non identifiés et des résidus de pesticides.

Selon le site d’information Tempo, Sitty Hikmawatty, membre de la Commission indonésienne pour la protection de l’enfance (KPAI), a déclaré à la presse : « Beaucoup de ces enfants sont intelligents et ont Internet, ils peuvent créer de nouvelles variantes et concoctions.

C’est là que le facteur de risque augmente, car ils ne s’intéressent qu’à une substance dans un mélange, ignorant d’autres substances, laissant ainsi la possibilité d’effets secondaires mortels.  »

Évidemment, c’est une chose à ne jamais essayer à la maison. Il est facile de rire du ridicule, mais en réalité, c’est extrêmement dangereux et totalement dégoûtant.

De plus, personne ne connaît les effets de la consommation de tampons bouillis sur le corps, mais il est prudent de dire que cela ne peut pas être bon et que vous ne devriez pas l’essayer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.