Alimentation des bébés : les 5 produits naturels à éviter

Il est parfois difficile de trouver quel aliment convient le mieux aux enfants moins d’un an. De plus, les petits pots et les autres produits alimentaires infantiles regorgent de polluants en tout genre qui peuvent affecter la santé des bambins. D’ailleurs, plus de 500 produits contiennent des substances assez inquiétantes, dont des métaux lourds selon l’enquête menée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

L’enquête de l’Anses

nutrition-6-8mois

Pendant six ans, l’Anses a menée une enquête de grande ampleur afin d’identifier la présence de polluants dans l’alimentation des jeunes enfants. Publiée le mercredi 28 septembre, cette étude a mis au jour 570 produits alimentaires contenant des substances inquiétantes, dont une dizaine est particulièrement dangereuse pour la santé.

Effectivement, des métaux lourds comme le plomb, le nickel et l’arsenic sont visibles dans les aliments infantiles. Le plomb est présent dans les légumes et l’eau ; le nickel se mélange dans les produits à base de chocolat ; et l’arsenic se trouve dans des petits pots à base de légumes et de poissons. D’autres produits infantiles regorgent également de dioxines et autres substances polluantes qui peuvent être cancérigènes.

Les produits naturels à éviter

diversification_kesako

Pour veiller à la bonne nutrition de l’enfant moins d’un an, il est préférable de proscrire les cinq aliments naturels suivants. En effet, ceux-ci peuvent altérer le système digestif et immunitaire du bébé, et bouleverser sa croissance.

Parmi ses recommandations, l’Anses condamne la consommation de lait de vache pour les nourrissons. Selon l’agence, il n’y a que le lait maternel ou les préparations infantiles pour biberon qui peuvent apporter les nutriments nécessaires au bébé. Le lait courant est donc à bannir jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de trois ans minimum.

La consommation de laits végétaux est également une très mauvaise idée pour l’enfant, car ils ne répondent pas aux besoins nutritionnels de celui-ci. Les laits de soja, d’amande, de châtaigne ne sont que des substituts du lait de vache, et ne sont pas conseillés pour l’alimentation du nourrisson. Durant ses douze premiers mois, l’enfant a besoin de lipides, de calcium et de protéines. Toutefois, les laits végétaux en sont dépourvus, ce qui peut entrainer une grave insuffisance de nutriments chez les bébés.

bebe-en-train-de-manger-de-la-soupe-10864166lvfnv_2041

Contrairement à la tendance actuelle, qui est axée vers les produits allégés, les bébés ont besoin de matières grasses pour être en bonne santé. D’ailleurs, il est conseillé de mettre une cuillerée d’huile ou de beurre dans les purées afin que l’aliment puisse répondre aux besoins de l’organisme infantile.

Le sel et le sucre sont également à proscrire dans l’alimentation des jeunes enfants. Durant sa première année, le bébé découvre petit à petit les goûts, alors il n’est pas nécessaire d’augmenter la saveur de ses aliments. De plus, ces rehausseurs de goût n’offrent aucun élément nutritif pour l’enfant.

D’autres personnes pensent que le miel est mieux adapté que le sucre. Or, cela est totalement faux. L’Anses déconseille fortement la consommation de miel aux enfants moins d’un an, car ces derniers sont très sensibles. En effet, les jeunes enfants peuvent être sujets à une intoxication alimentaire appelée botulisme infantile, qui est causée par les spores d’une bactérie présente dans le miel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *